Voici le seul résultat


Sa conception est basée sur les mouvements des bras du boulanger. Le bras gauche, présentant une boucle à son extrémité, racle le fond de la cuve et remonte la pâte ; le bras droit, présentant un crochet à deux dents à son extrémité, étire la pâte. Ce pétrin consomme peu d’énergie et provoque un échauffement limité des pâtes. Le travail effectué sur la pâte est essentiellement en extension (soufflage) et cisaillement. L’effet de soufflage qu’il provoque contribue à la formation d’alvéoles très irrégulières. Ce pétrin ne convient pas aux pâtes pauvres en gluten (cas extrême : le seigle)